Haptonomie, qu’est que cela m’apporte ?

Frans R. Veldman –  Extraits choisis du livret d’information de l’institut scientifique d’Haptonomie

L’haptonomie dans son application pratique, est une approche qui peut s’intégrer dans toute profession d’aide ou de relation de soins au sens large. Son intégration permettra d’analyser la problématique en jeu sous l’angle de l’haptonomie, d’en élucider les origines possibles et de mettre en lumière les outils dont dispose la personne en question pour y apporter des réponses.Il s’agit donc d’un accompagnement de l’autre qui vise à lui faire prendre conscience de sa capacité à faire des choix, de s’engager, de porter la responsabilité de ses choix.
Cet appel aux ressources de l’autre, à ses possibilités, à sa participation active, forment la base de l’accompagnement haptonomique.

Notre société, toute entière axée sur la prestation et l’effectivité, multiplie les échanges superficiels et fonctionnels.

L’haptonomie ne s’intéresse pas à ce genre d’échange mais privilégie ce qui nous touche au plus profond de nous-même. Ces contacts affectifs sont en effet essentiels au développement et à l’épanouissement de chaque être humain. C’est la confiance en soi et en l’autre, la faculté d’entreprendre et/ou de maintenir des liens affectifs avec l’autre qui y trouvent leur racine.

Chaque être humain recherche un état de sécurité et de paix intérieure. Cette sécurité de base dépend en grande partie de la manière dont nous avons été accueillis dans notre prime enfance – nous avons été acceptés dans notre existence, accueilli affectivement – en un mot, confirmé affectivement. C’est cette confirmation affective qui permet à l’individu de se forger et de s’affranchir, de se vivre comme un être bon, accepté, aimé sans condition.

Il lui sera excessivement difficile de développer son être affectif lorsque cette confirmation a été insuffisante. Sa faculté d’établir des liens affectifs sera faible et il aura continuellement besoin d’être reconnu par les autres. Il cherchera sans cesse à se prouver au travers d’innombrables efforts rationnels et au prix d’un effort épuisant.

L’haptonomie permet de (re)donner vie à notre éclosion affective, de remettre à l’honneur nos ressources affectives dans ce domaine, l’intégrer dans notre vie professionnelle, d’en jouir librement. Elle permet de se relancer sur le chemin d’une digne vie, responsable, indépendante, autonome et foncièrement humaine.

Massage Bébé

Le massage des bébés vous offre à vous et à votre enfant une multitude de bienfaits. Il est facile d’apprendre à masser votre bébé et le bénéfice à long terme qu’il en retire est important.

 

Le massage favorise le développement physique et psychique de votre bébé :

 

o  la relaxation de votre bébé en calmant son système nerveux ;
o  l’éveil de son intellect et de ses sens ;
o  son endormissement profond et paisible, réduit la tension à l’heure du coucher ;
o  la digestion et améliore les difficultés d’élimination en cas de diarrhée ou de constipation ;
o  l’intégration du schéma corporel et la connaissance des différentes parties de son corps ;
o  sa souplesse à mesure qu’il se fortifie ;
o  sa détente articulaire, l’élasticité de ses muscles ;
o  stimulation de son système immunitaire et le bon fonctionnement de la nutrition ;
o  création d’un lien fort et privilégié entre lui et la personne qui le masse.
Toute personne impliquée dans les soins des bébés  peut grâce à des massages réguliers leur offrir un merveilleux départ dans la vie !

 

Les bienfaits du massage

 

Le massage peut vous procurer autant de bonheur et de détente qu’à votre bébé. Il peut vous aider à vous relaxer et trouver la paix intérieure.
L’apprentissage de ce massage vous permet d’établir une communication avec votre enfant et d’aborder une expérience riche avec plaisirs. C’est un moment d’épanouissement respectif.

 

Le papa n’a pas toujours la vie facile. A la naissance du bébé, il peut se sentir exclus ou délaissé, même si ce n’est pas le cas.
Le massage permet aux papas de créer un lien particulier avec le bébé. Ils peuvent ainsi se découvrir l’un et l’autre grâce à ce merveilleux langage qu’est  le toucher.

Le papa peut ainsi prendre confiance en lui et être plus sûrs de lui pour s’occuper du bébé.

La progression de votre enfant, les étapes à surveiller

  • L’acquisition du contrôle de la tête se fait généralement entre 2 et 4 mois. En effet, jusqu’à 6 mois, votre bébé apprend à redresser la tête et le buste.
  • Pour rouler sur soi-même, de la position « sur le ventre » à « sur le dos » : dès 4 mois, il y parvient tout seul.
  • L’acquisition de la position assise se fait  autour de 7 mois.
  • C’est aux alentours de 9 mois que les enfants poussent sur les bras et… reculent !
  • Dès 11 mois, bébé se met debout.
  • Entre 12 et 18 mois, c’est parti ! Il marche cahin-caha. Les petites chutes sont normalement au rendez-vous. Il sort ses premiers mots qui ont du sens pour lui.
  • De 18 mois à 2 ans, votre enfant évolue à grand pas. Avide de découvertes, il marche et court partout.
  • Entre 2 et 3 ans, il affirme son caractère. Il dit « non » de façon ferme et régulière. Il apprivoise son environnement en jouant à faire semblant. Si vous pensez que votre enfant souffre d’un petit retard moteur, parlez-en à son pédiatre.  Sachez que la psychomotricité peut l’aider.
La psychomotricité relationnelle a pour objectif d’aider l’enfant à grandir harmonieusement, en accord avec ses besoins profonds, sa personnalité propre et son environnement. Dans un espace de sécurité physique et affective, elle permet, au travers du jeu et du plaisir, à votre enfant d’accéder aux apprentissages de façon ouverte et disponible.
Elle permet de :
  • détecter les fragilités spécifiques de développement,
  • établir des relations et une communication  respectueuses, empathiques avec l’enfant et ses parents,
  • créer les conditions relationnelles, spatiales et temporelles favorables au développement psychomoteur.

Le Shiatsu et le touché

Posté par Effi Verhoeven 

Lshiatsu-jpge shiatsu, basé sur les apports de la médecine chinoise, s’est développé au Japon qui l’a reconnu comme une médecine à part entière en 1955.

Durant une séance de shiatsu, le praticien va effectuer des pressions plus ou moins poussées et longues sur les méridiens et les points d’acupuncture de la personne qui reçoit le soin.
Il va aussi pétrir, étirer et faire vibrer certains méridiens et segments du corps. Bien qu’il puisse utiliser les paumes, les poings, les coudes, les genoux et même les pieds, il se servira d’abord des doigts, et essentiellement des pouces. L’étymologie du mot est claire à cet égard : le mot «shiatsu» vient de « shi » qui signifie « doigts » et de « atsu » qui signifie « pression ».

Le soin en shiatsu se donne sur la personne qui est couchée par terre. Elle est habillée de vêtements souples et légers. La séance dure approximativement une heure.

En savoir plus

Chaque hiver, un bébé sur trois est touché par la bronchiolite aiguë.

Comment se déroule une séance de kiné respiratoire ?

Tout démarre par une auscultation de l’enfant pour évaluer son état respiratoire. Les parents mettent le nourrisson en body et il est allongé sur la table d’examen. Un grand lavage de nez peut être effectué.

Puis, une main posée sur la cage thoracique, l’autre sur l’abdomen servant de contre-appui, le thérapeute amène l’enfant à expirer plus lentement et plus profondément. Le mouvement des mains s’accélère pour faire remonter les sécrétions dans la trachée.

Ensuite, soit l’enfant tousse seul, soit le kiné déclenche la toux à l’aide d’une légère pression sur la trachée et récupère le mucus : technique de l’augmentation lente du flux expiratoire. Le qualificatif « lent » a son importance. Cette technique s’inspire, en effet, de celle dite du « drainage autogène ».  

Très douce, elle consiste à accompagner l’enfant vers une expiration lente et profonde.

 

Démystifier  la kinésithérapie respiratoire

L’enfant démarre généralement la séance avec un grand sourire en pensant qu’on lui propose un nouveau jeu. Très rapidement, il perd patience et le fait savoir en criant. Le kiné n’a alors pas une réaction “normale” d’adulte, puisqu’au lieu d’arrêter et de lui faire un câlin, il continue. Cette relation pas comme les autres explique les cris et pleurs du bébé, qui cessent immédiatement dès la séance terminée.

Naître parents …

naitre-parents

Naître parents, quelle aventure !

L’attente et la naissance d’un bébé transforme notre vie d’homme, de femme, de couple. Fierté tendresse, amour, détestation, ras-le-bol, interrogations, émotions … se mêlent en nous.

Ces premiers mois de vie sont pleins de surprises. Ils font de nous des parents qui découvrent émerveillements mais aussi doutes et débordements.

Comment alors les partager et trouver des points d’appui ? Naître parents ni tout seul, ni du jour au lendemain.

Quelques exemplaires du livre « Naître parents » sont disponibles au centre Solilau mais vous pouvez le demander gratuitement au 0800/20 000 ou par courriel infos@cfwb.be

Les lois de la vie affective

L’Haptonomie dans son application pratique, n’est pas une méthode de guérison ou une thérapie, mais une approche qui peut s’intégrer dans toute profession d’aide ou de relation de soins au sens large. Son intégration permettra d’analyser la problématique en jeu sous l’angle de l’haptonomie, d’en élucider les origines possibles et de mettre en lumière les outils dont dispose la personne en question pour y apporter des réponses.
 image 3

 

Il s’agit donc d’un accompagnement de l’autre qui vise à lui faire prendre conscience de sa capacité à faire des choix, de s’engager, de porter la responsabilité de ses choix.  Cet appel aux ressources de l’autre, à ses possibilités, à sa participation active, forment la base de l’accompagnement haptonomique.  Notre société, toute entière axée sur la prestation et l’effectivité, multiplie les échanges superficiels et fonctionnels.

L’Haptonomie ne s’intéresse pas à ce genre d’échange mais privilégie ce qui nous touche au plus profond de nous-même. Ces contacts affectifs sont en effet essentiels au développement et à l’épanouissement de chaque être humain. C’est la confiance en soi et en l’autre, la faculté d’entreprendre et/ou de maintenir des liens affectifs avec l’autre qui y trouvent leur racine.

Chaque être humain recherche un état de sécurité et de paix intérieure. Cette sécurité de base dépend en grande partie de la manière dont nous avons été accueillis dans notre prime enfance – nous avons été acceptés dans notre existence, accueilli affectivement – en un mot, confirmé affectivement. C’est cette confirmation affective qui permet à l’individu de se forger et de s’affranchir, de se vivre comme un être bon, accepté, aimé sans condition.

Il lui sera excessivement difficile de développer son être affectif lorsque cette confirmation a été insuffisante. Sa faculté d’établir des liens affectifs sera faible et il aura continuellement besoin d’être reconnu par les autres. Il cherchera sans cesse à se prouver au travers d’innombrables efforts rationnels et au prix d’un effort épuisant.

L’Haptonomie permet de (re)donner vie à notre éclosion affective, de remettre à l’honneur nos ressources affectives dans ce domaine, l’intégrer dans notre vie professionnelle, d’en jouir librement. Elle permet de se relancer sur le chemin d’une digne vie, responsable, indépendante, autonome et foncièrement humaine.

Frans R. Veldman – Extraits choisis du livret d’information de l’institut scientifique d’Haptonomie

L’accompagnement haptonomique des parents et de l’enfant part du principe que la relation entre l’enfant et ses parents peut se créer et s’approfondir bien avant la naissance.

Dès les premiers mouvements perceptibles de l’enfant – vers le quatrième ou le cinquième mois de grossesse – les parents apprennent à établir un contact tendre et affectueux avec leur enfant dans le giron maternel. L’enfant répond librement à ce contact, ainsi il se crée déjà avant la naissance une interaction et un lien affectif mutuels entre les parents et l’enfant. Un des buts de l’accompagnement haptonomique prénatal est de confirmer affectivement l’enfant et lui faire ressentir qu’il est le bienvenu, que quelqu’un l’attend.

Le shiatsu renforce les défenses immunitaires de chacun !

Parmi les techniques faisant appel au toucher, le shiatsu est l’une des plus efficaces. Basé sur une connaissance millénaire des lois à l’œuvre dans la nature, il favorise un véritable rééquilibrage énergétique et active les forces naturelles d’auto-guérison .

 

«  … la conscience de ce qui se passe au présent, qui est au cœur de la philosophie zen, est essentielle dans l’attitude du praticien. »

 

Le shiatsu, basé sur les apports de la médecine chinoise, s’est développé au Japon qui l’a reconnu comme une médecine à part entière en 1955.

 

Durant une séance de shiatsu, le praticien va effectuer des pressions plus ou moins poussées et longues sur les méridiens et les points d’acupuncture de la personne qui reçoit le soin. Il va aussi pétrir, étirer et faire vibrer certains méridiens et segments du corps. Bien qu’il puisse utiliser les paumes, les poings, les coudes, les genoux et même les pieds. Il se servira d’abord des doigts et essentiellement des pouces.

 

A chacun son équilibre

 

La séance de shiatsu a pour objectif de prendre soin ou de restaurer l’équilibre énergétique de la personne.

 

Le shiatsu ne va pas traiter un trouble ou une maladie, mails il va considérer une personne. L’état de santé de cette personne se lit dans son corps. Il n’y a donc pas de recette miracle, ni de simplisme. Grâce à un toucher de qualité, à un centrage, à une connaissance, le praticien en shiatsu parvient à traduire l’ensemble des informations qui lui est apportée par le corps de la personne.

 

« L’être humain n’est pas séparé de ce qui l’environne, il est un tout et  participe d’un tout … »

 

L’unité du corps, de l’esprit et de l’émotion

Nous savons que notre énergie diminue lorsque les émotions nous assaillent, ou lorsque le stress s’empare de nous. Tout se crispe à tel point que les organes peuvent devenir dysfonctionnels.

 

Retour progressif à l’équilibre

Le shiatsu a pour effet une mise en route du rééquilibrage énergétique. Quelque chose s’amorce durant la séance même, et se poursuit bien au-delà de celle-ci. Il s’agit d’un processus de retour progressif à l’équilibre. L’énergie vitale de la personne a été sollicitée et continue à travailler.

La régulation de l’énergie concerne autant les fonctions physiologiques que physiques et émotionnelles. Le travail concerne la personne entière. Pour que la démarche soit partie intégrante d’un réel mieux-être, il est indispensable de l’inscrire dans une régularité et dans une progression.

Ses apports

  • Il stimule et rééquilibre l’énergie par pression/relâchement des pouces et des paumes sur les trajets et points des méridiens, suivant le rythme respiratoire de la personne.
  • Il permet de stimuler et de renforcer les capacités de défense immunitaire de l’individu.
  • Le shiatsu du dos améliore et augmente la circulation du sang et de l’énergie dans les régions cervicales, dorsales et lombaires.
  • Il apaise les tensions et les douleurs. Il provoque la détente et la régularisation du système neuro-végétatif.
  • Il permet de diminuer ou de libérer les blocages du dos provoqués par un stress d’origine musculaire, articulaire ou psycho-émotionnelle.